More titles to consider

Shopping Cart

You're getting the VIP treatment!

With the purchase of Kobo VIP Membership, you're getting 10% off and 2x Kobo Super Points on eligible items.

itemsitem
See your RECOMMENDATIONS

Synopsis

EXTRAIT:

Lorsque l’Europe, après les longues guerres de la révolution française et de l’empire, posa les armes en 1815, on ne vit pas, comme dans les siècles précédens, les armées licenciées se répandre en brigandages et en désordres de toute espèce : un million de soldats rentrèrent dans la vie civile, sans commettre le plus léger excès ; des hommes, qui n’avaient manié jusque-là que le sabre ou le fusil, se mirent au rude apprentissage de la science, de l’industrie, de l’agriculture. L’œuvre de destruction ayant cessé, une fièvre de travail circula bientôt dans les veines du corps social. L’antique fiction du soldat laboureur devint un épisode vulgaire. Jamais transformation plus grande ne s’était opérée avec des allures plus pacifiques, et le changement s’accomplit à vue d’œil, comme pour un décor d’opéra. Si le repos de la société fut quelquefois troublé, il le fut par les gouvernemens enivrés de leur triomphe, et l’on put mesurer, en contemplant des résultats qui tenaient du prodige, les progrès que la civilisation avait faits parmi les peuples depuis trente ans.

Dans ce mouvement des sociétés modernes, l’Angleterre fut la nation qui eut le plus de peine à passer du pied de guerre au pied de paix. La France elle-même, envahie, dépouillée, mise à rançon par l’étranger et comprimée par un pouvoir inintelligent, donna l’exemple de la résignation ainsi que du bon ordre. La transition, si douloureuse pour nous, semblait devoir être cependant plus facile pour nos voisins. L’Angleterre en effet avait dicté les conditions de la paix ; elle s’était adjugé, par les traités, les dépouilles de la France, de l’Espagne et de la Hollande ; elle restait désormais la seule puissance coloniale et la première puissance maritime ; les marchés du monde entier allaient s’ouvrir à son industrie. Parvenue à l’apogée de sa puissance, ne devait-elle pas se trouver aussi en pleine prospérité et avoir enfin son âge d’or ? Avec la guerre avaient cessé les charges extraordinaires qui pesaient sur les contribuables : les dépenses publiques, qui s’élevaient, pour l’année 1814, à la somme inouie de 106,832,260 livres sterling (2,724,222,630 fr.), étaient tombées à 92 millions sterling en 1815, à 65 millions sterling en 1816, et à 55 millions en 1817, réduction de 48 pour 100 en trois années. Ainsi, les sacrifices à faire s’allégeaient pour la nation, au moment même où elle devenait maîtresse de déployer toutes les ressources de son activité.

Ratings and Reviews

Overall rating

No ratings yet
(0)
5 Stars 4 Stars 3 Stars 2 Stars 1 Stars
0 0 0 0 0

Be the first to rate and review this book!

You've already shared your review for this item. Thanks!

We are currently reviewing your submission. Thanks!

(0)

You can read this item using any of the following Kobo apps and devices:

  • DESKTOP
  • eREADERS
  • TABLETS
  • IOS
  • ANDROID
  • WINDOWS